• LES OBSEQUES DE NOS JOURS !

     LES  OBSEQUES   DE  NOS JOURS !

          En observant l’ambiance qui règne de nos jours lors des obsèques, on se rend vite compte que celles-ci ont presque perdu leur caractère funèbre. En effet, voici de manière non exhaustive ce que sont devenues les occasions de deuils :

                              1-Lieux de festins et de réjouissances populaires

            Jadis, les lieux de deuil étaient facilement distingués des autres milieux,  car  l’atmosphère qui y régnait était celle d’un total abattement, de méditation et de recueillement .Ceci se notait facilement sur les visages à travers les conversations, l’habillement, les chants exécutés… De manière évidente, chacun se rendait compte de la vanité de la vie sur terre. C’est ce qui a poussé un sage, le roi Salomon, à faire cette réflexion : <<mieux vaut aller dans une maison de deuil que d’aller dans une maison de festin ; car c’est là la fin de tout homme, et celui qui vit prend la chose à cœur>>Ecclésiaste 7 :2.     

            Mais de nos jours, les maisons de deuils ne le sont plus que de nom .En effet, la tristesse, le chagrin, le remord et les pleurs  ont disparu pour laisser place aux festins et réjouissances populaires .On en veut pour preuve le décor de ces lieux qui est aujourd’hui confondu à celui des évènements solennels ou de grande joie (mariage, naissance, promotion à un poste de responsabilité …) .Les <<bons deuils >> sont devenus ceux où les hommes se sont régalés d’abondants mets succulents. Pour organiser la gastronomie en pareille circonstance, on n’hésite pas à faire appel aux services traiteurs qui réalisent à ces occasions leurs plus grands bénéfices.

           L’annonce d’un décès est devenue un sujet de joie, car dit-on<< il y aura à manger et à boire >>, surtout si le défunt était nanti. Plusieurs vont au deuil avec des sacs et des bouteilles pour  ramener les provisions, afin de continuer <<la fête >> chez eux. Juste après l’inhumation, ponctuée de faux pleurs et des larmes de crocodiles, ce sont les danses au rythme des tambours et balafons qui se poursuivent pendant des heures ; comme si on se réjouissait de la disparition du défunt .Il est important de souligner que des pauses sont marquées pendant ces moments pour croquer des cuisses de poulet et vider des casiers de bière.

            Pourtant au lieu de s’abandonner à la distraction, en se livrant aux excès du manger et du boire, l’homme sage doit profiter des occasions de deuil pour faire un examen de conscience et réfléchir sur sa propre vie en disant : << celui-ci s’est avancé le premier et moi, serais-je éternel ? Ai- je déjà donné tous mes péchés à JESUS pour me réconcilier avec DIEU ? ».  Voici ce que la parole DIEU déclare dans Luc 21 :34, << prenez garde à vous- mêmes, de crainte que vos cœurs ne s’appesantissent par les excès manger et du boire, et par les soucis de la vie, et que ce jour ne vienne à l’improviste >>.

     

                2-Lieux de prostitution et de tremplin pour l’infidélité conjugale

              Les deuils sont devenus un tremplin pour l’infidélité conjugale. A cause de la dépravation des mœurs, on ne considère plus la vie humaine. Le péché a gagné les consciences et, les hommes se nourrissent par cette parole de la Bibledans 1 Corinthiens 15 :32 <<mangeons et buvons ; car demain nous mourons>>. C’est pourquoi, plusieurs femmes laissent le corps du défunt et s’éclipsent pour aller se prostituer dans les hôtels ou les auberges. Pour certains hommes, c’est le lieu de retrouvaille avec leurs concubines perdues de vue depuis belle lurette ; et ils n’hésitent pas à exploiter cette occasion pour commettre l’adultère. C’est ce qui explique les cas de divorce régulièrement notés après les obsèques, lorsque l’autre conjoint est informé de cette  trahison. Parfois aussi, c’est à l’occasion des deuils que des femmes découvrent leurs co-épouses.

           Les levées de corps sont devenues de véritables défilés de mannequins. Des hommes et surtout des femmes s’y rendent non pour compatir à la douleur des affligés, mais plutôt pour s’exhiber à travers des vêtements extravagants et à la mode. Une chose est certaine : aucun  adultère n’aura part à la vie éternelle, car il est écrit dans 1 Corinthiens 6 :10 <<Ne vous y tromper pas : ni les impudiques , ni les idolâtres , ni les adultères , ni les efféminés , ni les infâmes , ni les voleurs , ni les cupides , ni les ivrognes , ni les outrageux , ni les ravisseurs , n’hériteront le royaume de DIEU >> .

                              3-  Lieux de luttes et bagarres fratricides

             Lors des obsèques, on assiste fréquemment à des luttes et des bagarres fratricides pour les biens du défunt. Ces biens engendrent des divisions, des tensions familiales, des meurtres. Ce sont aussi des moments de piège et de règlement de compte. C’est pourquoi, plusieurs évitent de se rendre au deuil, quand bien même il s’agirait d’un proche, de peur d’être empoisonnés ou pris dans la sorcellerie.

            Pourtant ces choses pour lesquelles les gens s’entre-tuent sont des biens périssables que nous laisserons tous après la mort, puisque nous sommes venus nus dans ce monde et nous mourrons sans rien emporter (Ecclésiaste 5 :14). Vanité des vanités, tout est vanité et poursuite du vent sur la terre .Il est plutôt convenable de rechercher les biens durables que procure la foi en Jésus-Christ (proverbes 8 :18 ; Matthieu 6 :19 à 20).

                        4- Occasions de dettes et dépenses faramineuses

           Très souvent, c’est à l’occasion des deuils que les gens dépensent le plus. De telles occasions sont très sollicitées, car c’est le moment pour plusieurs orgueilleux de faire connaître leur fortune. Chacun cherche à se mettre en relief. Ce faisant, certains sont obligés de contracter des dettes pour rendre solennelles les obsèques des leurs. Pourtant, et assez fréquemment, ces derniers sont décédés des suites d’une maladie, par manque d’assistance ou de soins, faute de moyens financiers. A cet effet, voici ce qui est écrit dans EsaÏe 55 :2 <<pourquoi pesez-vous de l’argent pour ce qui ne nourrit pas ? Pourquoi travaillez-vous pour se qui ne rassasie pas ? Ecoutez-moi donc, et vous mangerez ce qui est bon ; et votre âme se délectera de mets succulents    >>.

                                           Ne vous conformez  pas au siècle présent

             Cher lecteur, voilà décrit de manière non exhaustive l’ambiance qui règne de nos jours lors des obsèques. Plusieurs profitent de l’occasion des deuils pour pécher en se livrant à toutes sortes de distraction, de débordements, de passions, de plaisirs et des choses  semblables qui vont à l’encontre dela Parolede DIEU.

            Ils agissent de la sorte, oubliant que nous sommes tous voyageurs et pèlerins dans ce monde ; et que chacun rendra compte devant le tribunal de DIEU, de toutes ses actions durant son séjour ici-bas selon 2corinthiens 5 : 10 << Car il nous faut tous comparaître devant le tribunal de Christ, afin que chacun reçoive selon le bien ou le mal qu’il aura fait, étant dans son corps >>.

            Pour toi, si tu as longtemps participé à cette ambiance observée lors des obsèques, profite de cette occasion pour demander pardon à DIEU pour tes nombreux péchés, et fais volte-face pour marcher désormais selon la Parolede DIEU. N’imite plus cette génération perverse et corrompue : car il est écrit dans Romains 12 :2 << Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de DIEU, ce qui est bon, agréable et parfait >>. Si tu agis ainsi, tu auras part à la vie éternelle auprès de DIEU après ton départ de ce monde.

                                                                             Révérend Dr. Hippolyte SIYOU   


    Chroniques des temps modernes

    « La prière pour les morts : une grande illusion.Réincarnation : réalité ou illusion ? »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :